structure sonore. combinaison de Mantra racine ou germe sonique.

C’est la recherche d'un parfait équilibre entre 2 forces : la force de vie et la force mentale qui permettent l’éveil d'une troisième, le flux d’énergie spirituel où s'éveille la conscience supérieure.

La recherche de l'épanouissement et de l'éveil par la pratique des Asana _ Asana : Posture immobile et confortable malgré l'effort, état d'être induisant une concentration spontanée.

Mantra racine ou germe sonique.

Technique de relaxation très codifiée, appelée aussi « méditation allongée »

Technique de relaxation très codifiée, appelée aussi "méditation allongée".

Comprenant le yoga postural, le Pranayama et d’autres pratiques corporelles essentiellement.

Posture immobile et confortable, état d'être entraînant une concentration spontanée.

Foire aux Questions

Si vous ne trouvez pas votre bonheur ici, n’hésitez pas à nous envoyer un message.

Pour cosnulter les réponses : cliquer sur le bandeau

page1-pic5Purusha

Il peut s’avérer difficile d’apprécier une première séance de Yoga postural, car cela dépend de nombreux paramètres.

  • De votre état intérieur ou disposition :
    • conviction ou non du bien fondé du Yoga
    • Scepticisme ou appréhension, vous rendant méfiant en cherchant à évaluer le bien fondé de chaque exercice ou instruction occasionnant une activité mentale importante plutôt que de vous laisser guider et conduire vers un lâcher prise.
    • Difficulté à accepter la philosophie du Yoga par opposition à ses propres croyances.
    • Votre degré de nervosité ou d’agitation au moment de l’essai
  • La méthode et le contenu du cours
  • L’énergie ou synergie que dégage l’ensemble des participants
  • La personnalité ou charisme du professeur

Pour n’en citer que les principales. Un cours découverte reste un contact superficiel et limité et ne peut refléter toute la richesse et les bienfaits que peut vous apporter le Yoga. Il appartient à tout un chacun de persévérer.

page1-pic5Purusha

Si je me souviens bien, il y a quelques semaines, au cours d’une conversation, tu m’as avoué que tu consommais au minimum 15 cafés par jour… Tu as la réponse à ta question.

page1-pic5Purusha

En effet avec l’habitude des automatismes s’installent et on est moins présent à ce que l’on fait. Voici deux remèdes : par expérience j’ai constaté que l’habitude, l’automatisme engendre des exercices physiquement satisfaisants mais souffrent d’imperfection esthétique et d’imprécision, alors il suffira tout simplement de rechercher la perfection harmonieuse dans le rythme la fluidité et l’esthétique dans le cas présent pour que la concentration revienne. Un autre remède consiste à augmenter l’exigence dans sa pratique en introduisant la répétition des Bija Mantras solaires associés à cette pratique, dans la suite progressive des cours, je l’enseigne vers le mois de janvier en niveau 2.

page1-pic5Purusha

Contrairement à ce que l’on pense, souvent les personnes inexpérimentées, le manque de souplesse, dans la pratique du Yoga postural (Asana Yoga ou Yoga dit physique) pour le débutant est un atout.

En fait, pour l’adepte débutant moins vous êtes souple plus vous serez à même de percevoir ce qu’une telle pratique peut vous apporter, car tous les Yoga visent, en quelque sorte, à accéder à la maîtrise du mental avec ses pensées fluctuantes et l’émotionnel instable afin d’y installer calme et plénitude. Pour cela nous disposons de 3 possibilités d’accès : le mental bien entendu, mais c’est la voix la plus difficile, cela revient à vouloir maîtriser un singe fou et saoul disent les Yogi ; par la maîtrise du rythme respiratoire intimement lié à la pensée et l’émotionnel, ce qui revient à vouloir maîtriser l’air disent les yogi ; puis la plus facile et la plus accessible pour l’occidental névrosé par le biais du corps et si celui-ci manque de souplesse il ne manquera pas de vous le faire savoir d’où une attention accrue dans la pratique qui contribuera à votre progression dans la voix de la maîtrise de soi .

page1-pic5Purusha

Dans une quête ou démarche d’épanouissement ou d’ouverture de notre conscience il y a une nécessité de trouver une “nourriture”, une source qui alimente notre éveil, mais il est un point qui est souvent négligé : comment pouvons nous trouver l’éveil quand le corps et le mental sont meurtris par une surcharge émotionnelle, par des blessures psychiques profondes, par un stress ou surmenage quotidien… ?

Dans bon nombre de disciplines un point essentiel est souvent négligé : avant d’envisager de contrôler et de libérer sa respiration, avant de vouloir discipliner son mental et de l’apaiser et avant de vouloir faire circuler l’énergie, on oublie que les agressions quotidiennes auquel nous pouvons être confronté entraîne en premier lieu des tensions d’ordre physique nouant et tendant les muscles superficiels et profonds jouant ainsi le rôle d’une mémoire qui fera obstacle à la concentration, à l’énergie ou une respiration ample. Le corps, le mental, la respiration son intimement liés et interdépendants, l’un agissant sur l’autre.

Dans une quête d’épanouissement il est impératif pour bon nombre d’entre nous de prendre en compte ces trois aspects. Le Yoga et plus particulièrement le Hatha Yoga, dans ce cas précis et dans la codification de ces exercices propose une démarche complète et unique.

Le Hatha Yoga est une pratique unique au sein des techniques d’épanouissement car tout en vous apportant détente, récupération, relaxation et ouverture, elle vous permet de purifier et de libérer progressivement et en douceur votre corps et votre mental tout en renforçant votre force, votre volonté et votre confiance. Dans sa version traditionnelle, moins connue, elle va même beaucoup plus loin en proposant des exercices de purification physique et psychique. C’est une base fondamentale avant d’envisager des techniques d’éveils plus exigeantes.

Vouloir s’éveiller est louable et le dû de tout être, mais encore faut-il se débarrasser de nos gangues.

“C’est un peu l’histoire du verre déjà plein que l’on voudrait remplir !”

page1-pic5Purusha

Si l’on garde “l’esprit Yoga” alors la Yoga thérapie ne peut être considérée comme une simple thérapie, car dans thérapie il y la notion de soin en réponse à un désordre physiologique généralement. Bien que le Yoga puisse aussi répondre de la sorte, ce n’est pas ce que cherche le Yogi, il recherche la quintessence de l’être ce qui précisément amène progressivement à dépasser les maux du corps.

Si je peux me permettre cette métaphore :

De même en cas d’une fracture de la jambe il vous faudra des béquilles pour vous déplacer, une thérapie vous accompagne vers le retour à la santé. Le Yoga lui, vous donnera des “ailes” en vous libérant de tout ce qui peut vous oppresser et vous amènera à jouir de la vie tel un oiseau libre de voler dans un ciel sans nuage !

page1-pic5

Swami Nishcalananda Saraswati

Bien que cela dépende essentiellement du genre d’exercice physique, d’une manière générale les différences sont les suivantes :

  • Lorsqu’on pratique des asanas, la consommation d’oxygène est diminuée alors que celle-ci augmente avec des exercices physiques.
  • Lors de la pratique des asanas, le rythme de la respiration diminue alors que lors d’un exercice physique, il augmente. Généralement, les exercices physiques se font à une cadence très rapide avec une forte respiration ; le système respiratoire est donc obligé de travailler davantage.
  • Pendant une séance de yoga, la température du corps baisse alors que lors d’un exercice physique, elle s’élève.

page1-pic5

Purusha

La majorité des sports et plus particulièrement les sports d’endurance génèrent une fatigue physique et engendre tension musculaire et articulaire alors que le Yoga vous ressource et vous soulage de vos tensions physiques.

On peut toujours chercher à se défouler, se fatiguer un peu plus pour libérer le mental du stress ou tension auquel il est soumis. Cela peut s’avérer être nécessaire pour un certain nombre d’entre nous, mais il faut tenir compte que le corps sera d’autant plus meurtri contribuant avec le temps à instaurer une disharmonie au sein de l’être, qui par la suite engendrera de nouvelles tensions, un nouveau stress délétère. Non seulement le premier ne sera pas résolu à terme, mais un deuxième si ajoutera ! Il apparaît donc qu’au vu du mode de vie actuel de nos sociétés modernes, que le Yoga postural est indispensable à un équilibre et qu’il devrait être pratiqué systématiquement après la majorité des activités physiques afin dans effacer les effets néfastes. Noter tout de même que par expérience, j’ai pu constater que quand la nervosité et l’agitation sont importantes chez un individu, une activité physique précédent le Yoga postural s’avère dans un tel cas complémentaire.

page1-pic5Purusha

C’est tout à fait normal et bien humain. Notre mental est soumis à une agitation constante et plus l’appareil sensoriel reçoit d’informations plus il y a de l’agitation. Pour y remédier il n’y qu’une seul méthode : inlassablement ramener son attention sur l’objet de notre concentration. Quand un exercice ou les instructions qui accompagnent l’exercice demandé est nouveau, une grande partie de notre attention est captée, par la suite, pour pallier à l’habitude, dans l’Asana yoga traditionnel (yoga postural), on crée une exigence extrême : réaliser une posture avec la plus grande justesse possible selon les possibilités physiques de chacun. On recherche un confort extrême comme si l’on allait garder la posture des heures durant, tout en restant dans une immobilité totale, ce qui représente un défi de prime à bord quasi impossible, mais c’est au prix d’une telle exigence que l’on peut y faire face. Les 2 premières exigences stimulant une concentration extrême. Quant à elle la 3ème exigence elle nous permet de nous extraire de notre tendance naturelle à l’agitation, les 3 ensembles favorisant l’intériorisation prémisse de la méditation.

Avec une pratique assidue sur plusieurs années on prend peu à peu conscience que par delà cet effort existe un espace de non effort où toutes agitations cessent, c’est l’état de méditation. Si l’on caricature la vie comme une succession d’images à la manière d’une bobine d’un film, alors l’Asana est un arrêt sur image, une parenthèse, un espace libre hors du temps de ces aléas. C’est pour cela que dans la pratique de l’Asana Yoga, il est fondamental de ne pas multiplier les postures et de les enchaîner à un rythme quasi gymnique qui ne fait qu’entretenir notre attrait naturel au mouvement et à l’agitation. D’ailleurs bien des Yogis expérimentent, de la sorte, une seule posture durant plusieurs jours.

page1-pic5Purusha

Oui, mais en respectant nos capacités physiques tout en cherchant à éliminer les tensions musculaires occasionnée par la grippe. De ce point de vu pratiquer la pince (paschimottânasana) permet de détendre le corps et pouvoir mieux se reposer et donc de récupérer.

page1-pic5Purusha

Imaginez une personne se déplaçant d’un point à un autre. Sur son parcourt elle croise un couple qui s’embrasse, un groupe de personnes qui “rigole”, un passant qui aide un aveugle à traverser, un chien qui vient de se faire écraser… arrivée à son lieu de rendez-vous celle si parlera bien plus du pauvre chien écrasé plutôt que des autres événements. La nature humaine est ainsi faite, que nous avons tendance à retenir les événements négatifs, cela est probablement dû au fait qu’un événement négatif attise nos peurs, nos angoisses… de plus il faut noter que notre mémorisation des événements est d’autant plus efficace quand l’émotion qui l’accompagne est forte.

comment faire ?  Les médias, pour la plupart, cherchent à faire de l’audimat et il est bien plus facile et intéressant pour eux de répondre à cette demande en quelque sorte naturelle. Mais ce n’est pas de cette manière que l’humanité peut progresser  ! De plus étant baignées dans cette nature événementielle négative il devient difficile pour ces personnes de voir leur aspect positif.

Tout d’abord en prendre conscience, puis se rééduquer à regarder le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. S’entourer de pensées et d’événements à caractère positifs. Chercher à regarder au-delà de ce qui nous angoisse ou nous fait peur.

D’ailleurs toujours à mon initiative, l’association va bientôt diffuser des informations positives afin d’aider les élèves à aller dans ce sens.

page1-pic5Purusha

Quand notre surmenage, la fatigue, le stress négatif dépasse un certain seuil il devient difficile et même parfois impossible de se consacrer à une pratique de yoga. Voici ce que je te conseille : fais une activité physique pour libérer le trop plein de négativité et de nervosité, jusqu’à te sentir un peu “flagada”, puis, sois tu viens à un cours d’Asana Yoga et de Yoga Nidra (le mieux) ou tu fais 3 postures (Paschimotta, bhujanga, ardha matsyendra Asana) tout juste pour rechercher les étirements et libérer les tensions profondes enregistrées sur la structure musculaire et en étant le plus possible à l’écoute du corps, puis faire une petite relaxation guidée d’un quinzaine de minutes. Renouveler cela le plus souvent possible et dans quelques temps tu sentiras le calme revenir et la possibilité de reprendre ta pratique.

page1-pic5Purusha

Quand une personne présente une grande sensibilité, la pratique du Yoga entraîne des perceptions nouvelles, un peu comme si avec votre poste de radio vous captiez subitement une fréquence encore inconnue venant de l’au-delà, la première réaction est la peur, c’est humain ! Dans notre éducation nous faisons référence uniquement à ce que nos sens perçoivent, pourtant l’être humain, avec des exercices appropriés peut “capter” des informations ou des sensations autres que ses 5 sens, c’est même une nécessité pour l’évolution future de la race humaine.