Bien résolu à éviter de “faire un listing” des bonnes nouvelles 2017, nous pouvons  tout de même retenir avec bonheur que cette dernière période montre que la croissance mondiale semble repartir, que des prouesses médicales sont accomplies. Dans le monde la violence et les guerres ont reculé si l’on veut bien ne pas se laisser décourager par les journaux télévisés et la surmédiatisation, mais moins vite tout de même que l’illettrisme, l’analphabétisme, la sous-nutrition qui régressent en masse alors qu’au même moment la conscience écologique avance ou émerge dans une grande majorité de pays.

Bien évidement que de progrès sont encore à accomplir et de défis à relever.

D’abord de se défaire du pessimisme ambiant comme le suggère Steven Pinker, “Plus rose”, professeur de psychologie à Harvard, il est considéré comme l’une des cent personnes les plus influentes du monde avec pour discours : “Il vaut mieux vivre en 2017 qu’à n’importe quelle époque antérieure !” et cultiver la raison, l’empathie et la maitrise de soi.

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire