Les déchets plastiques transformés en matières organiques par les vers de farine.

La nature prévoyante au secours de l’Homme encore une fois.

Chaque année, l’humanité consomme 300 millions de tonnes de plastiques dont une grande partie de polystyrène expansé.  Après usage seul moins de 10% de celui-ci serait réutilisé après un recyclage très compliqué et 90% finirait donc sa vie dans la nature.

Un petit ver pourrait changer la situation.

Des chercheurs l’université de Stanford aux États-Unis et de l’université de Beihang à Pékin ont en effet découvert que les vers de farine se régalaient de ce polystyrène expansé. Un ver ? Une  larve plus exactement, celle du Ténébrion meunier, une espèce de coléoptère.

01-verdefarine-iflscience L’étude scientifique est la première à observer le caractère biodégradable du plastique grâce à l’action de bactéries présentes dans les larves de Ténébrions. En effet, ce ne sont pas les vers à proprement parlé qui détruisent le plastique mais les micro-organismes qui vivent dans leur intestin. 50% de celui-ci est métabolisé en dioxyde de carbone quant l’autre part est éliminée sous forme de matières organiques qui retournent aux sols.

Il s’agit donc de la première étude qui expose un phénomène de biodégradation du polystyrène, avec un processus totalement naturel. Cette méthode pourrait, selon les scientifiques, jouer un rôle important dans la lutte contre la pollution plastique à l’échelle mondiale.

 lire l’article de positivr :

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire