Du yoga en prison pour combattre l’anxiété et réduire sa peine

L’univers carcéral est un milieu extrêmement angoissant et difficile : le programme Prison Smart a pour but d’aider détenus et personnels pénitentiaires du monde entier à mieux gérer leur stress par la pratique du yoga.

Le programme Prison Smart s’appuie sur une méthode mêlant exercices de yoga postural et de mindfulness, mise au point par l’Indien Sri Sri Ravi Shankar fondateur d’Art de Vivre. Il est aujourd’hui appliqué dans une partie des prisons d’une quarantaine de pays : Grande-Bretagne, Australie, Brésil, Canada, Pays-Bas, Allemagne, Israël, Belgique, Italie, Mexique, Russie, Portugal, Espagne, Émirats arabes unis, Turquie, et en Scandinavie… En Inde par exemple, où il est dispensé dans plus de 100 établissements, il a déjà touché environ 120.000 condamnés ; et aux États-Unis, plus de 20.000 prisonniers et travailleurs pénitentiaires, à travers une cinquantaine de centres.

Les bénéfices sont nombreux, réduction du stress, baisse de la violence et consommation en baisse de médicaments antidépresseurs et de drogues. En France l’expérimentation montre qu’à l’issue de leur stage, 79% des volontaires ont déclaré mieux dormir et être moins angoissés ; 96% se sentent mieux physiquement et 81% avoir amélioré leur relation avec les autres. De leur côté, gardiens et psychologues confirment régulièrement avoir affaire à des détenus moins agités et moins agressifs.

 

Prison yoga offers inmates 90-minute pursuits of inner peace

Séance de yoga à la prison d’état de Californie à Sacramento, le 30 avril 2014.

En Inde depuis janvier 2010, les prisonniers qui suivent des cours de yoga sont libérés plus vite. Par exemple pour trois mois d’apprentissage du salut au soleil, d’exercices de respiration et de postures d’équilibre, le détenu verra sa peine réduite de 15 jours.

“Le yoga est bon pour maintenir en forme, tempérer le comportement, contrôler la colère et réduire le stress” précise l’inspecteur général des prisons de l’Etat de Madhya Pradesh, Sanjay Mane.

 lire l’article de l’obs :

lire l’article de la Dépêche du Midi :

1 réponse

  1. Nous sommes tous, à des degrés divers, emprisonnés ! Dans un milieu oppressant où les tensions physiques, psychologiques sont omniprésentes, un espoir salvateur est possible. Les ténèbres (prison, stress…) ne sont-elles justement pas admirables parce qu’elles permettent à la lumière d’être encore plus visibles ? Quand bien même serions nous emprisonnés, ne sommes nous qu'”incarcérés” dans notre corps ? Certainement pas ! Le yoga, notamment, permet, dans des conditions extrêmes, d’emprunter un chemin de liberté, à son rythme. Si le corps est emprisonné, l’esprit, le soi peut néanmoins s’éveiller et se connecter au “Soi” cosmique, à sa nature profonde transcendante. Le Yoga donne la clé du portail ouvrant ce chemin..

Ajouter un commentaire